Récits et photos de balades à moto


BMW R1250 R

 

Dernière mise à jour
22/05/2024

Parc Régional du Perche

NORMANDIE

CENTRE-VAL DE LOIRE


 
Château de Senonches
 

itinéraire parc régional du perche 


L'itinéraire de la balade :
télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 
 
L'itinéraire du circuit des manoirs : télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 

Le Parc Naturel du Perche ne couvre qu'une partie du Perche "géographique". A sa création en 1998, il regroupait 118 communes situées dans l'Orne et l'Eure-et-Loir. Aujourd'hui, en 2023, il n'en compte que 91 mais s'est globalement étendu ! La raison en est simple : le regroupement de plusieurs communes.
Géographiquement, c'est une région de collines et de forêts de hêtres et de chênes. Mais c'est aussi un patrimoine bâti remarquable : des petits villages typiques comme La Perrière, des châteaux et surtout un grand nombre de manoirs. On en compte aujourd'hui une centaine mais à l'origine il y en avait davantage : on avance le chiffre de 700 ! Construits entre le 15ème et le 17ème siècle,  ils appartenaient à des petits seigneurs-fermiers. Il existe un "circuit touristique des manoirs" qui fait environ 70 kms. (Voir ci-dessus l'itinéraire et le lien gpx) La plupart du temps on ne peut les admirer que depuis la route ou les chemins mais sur ce "circuit des manoirs", certains sont ouverts au public, comme ceux de Courboyer, Lormarin, Lorière... A l'occasion d'une autre balade j'avais également découvert l'abbaye de Soligny-la-Trappe au nord de Mortagne. (Voir la page). L'abbaye ne se visite pas mais au magasin, on peut se ravitailler en bières, confitures... et visionner une vidéo qui retrace l'histoire du monument et de la communauté trappiste.
La balade commence à Senonches, une ancienne ville fortifiée des rois capétiens menacés par les puissants ducs de Normandie. Il reste de cette période un château austère et massif dont la porte principale est aussi un donjon. Légué à la commune au début du 19ème siècle, on y aménagea une école de garçons. Devenue trop exigüe pour accueillir tous les élèves, en 1844, on préféra y installer une gendarmerie et une prison qui fonctionnèrent jusqu'en 1965 ! Aujourd'hui c'est un musée consacré à l'écologie des milieux forestiers et des métiers du bois et de la forêt.
Avant d'entrer dans les détails, un mot sur ce qui devrait séduire le motard : des petites routes, des virages, des paysages sympas ! Pour un peu, si je n'étais pas si jeune j'organiserais bien pour mes ainés une concentre qui couvrirait le Perche, la Suisse Normande et les Alpes mancelles......
Mais revenons à nos moutons : on est maintenant à Rémalard qu'on va contourner par le nord pour attaquer un petit jardinage qui nous emmènera jusqu'aux manoirs de Lormarin et Courboyer, ce dernier étant en même temps la "Maison du Parc Régional". Le manoir de Lormarin date du milieu du 16ème siècle. Avec ses deux grosses tours, ses dépendances, son fournil, il offre aux visiteurs une architecture remarquable. On peut y séjourner et vu l'espace et les bâtiments on doit même pouvoir mettre sa moto à l'abri.
Quelques kilomètres plus loin, on arrive au manoir de Courboyer.  Erigé à peu près à la même époque que Lormarin, c'est un beau bâtiment. Il faut dire qu'il a récemment bénéficié d'une rénovation des charpentes et des toitures. Indépendamment de sa vocation d'animation et de gestion du PNR, il accueille régulièrement des expositions et présente de nombreux documents qui retracent l'histoire, la culture et les traditions de la région.
Côté parc, huit kilomètres de sentiers permettent de découvrir le domaine avec ses mares, son étang, ses prés fréquentés par les vaches et les percherons, son rucher conservatoire, son potager etc. On a même pensé à mettre en place des espaces pique-niques.
Les manoirs sont nombreux dans le Perche mais s'il fallait n'en visiter que deux, ça serait ceux-là.
Après Mamers qu'on contourne par le nord, un arrêt s'impose dans le petit village de La Perrière. Fut un temps pas si lointain, dans les années 1960-1970, on aurait certes trouvé charmant ce petit village mais sans plus. Ce sont les parisiens qui en ont fait ce qu'il est devenu aujourd'hui et qu'on nomme grâce à eux, "la perle du Perche". L'explication tient aux techniques de construction et très précisément aux matériaux utilisés par les anciens pour... cacher les pierres de construction. Dans ces années-là, qui précèdent l'arrivée des parisiens, une maison n'était pas terminée si les façades n'avaient pas été crépies ou recouvertes d'un mortier taloché. Peu importait que les pierres utilisées dans ce village soient des "pierres de roussard", un grès ferrugineux aux belles couleurs roussâtres. Le percheron n'en n'avait cure ! (eh oui les habitants du Perche sont aussi appelés percherons et percheronnes) : il fallait cacher la pierre ! Sur ce, le colonisateur parisien ayant fait sienne la formule "lapidaire" de César : veni, vidi, vici, il s'est mis à dénuder frénétiquement ces façades... qui ne demandaient qu'à montrer leurs dessous et ce faisant, c'est lui qui a fait de La Perrière un des plus beaux village de France. Merci les parisiens ! Un bémol cependant : un petit noyau dur de Perriérois fait encore de la résistance. Dans le village, ça vaut le coup de pousser jusqu'au site de l'Eperon qui offre un joli panorama sur la Sarthe et la forêt de Perseigne.
Pour atteindre Bellême on empreinte une petite départementale qui longe une forêt réputée pour ses chênes. Jadis on les exploitait pour fabriquer les mâts des navires de la marine royale. Les Bellêmois sont d'ailleurs très fiers de posséder un des plus anciens et plus grands chênes de France : surnommé le chêne de l'Ecole, il avait été planté en 1666 sous le règne de Louis 14. Sa circonférence est de 4,50 mètres et sa hauteur de 42 mètres !
Bellême est une jolie petite ville dont l'héritage médiéval est toujours présent avec l'imposant porche de l'ancienne forteresse ; la rue "Ville close" avec ses pavés et ses belles façades colorées ; les anciennes douves près de l'office du tourisme.
Sur les petites blanches qui mènent à la Ferté-Bernard, un crochet permet de jeter un oeil sur le manoir de la Fresnaye qui est probablement le plus ancien du Perche. C'est une forteresse qui avait eu une certaine importance pendant la guerre de cent ans. Il possède une herse, deux tours et un donjon et il se visite ! Depuis la D638 on y accède par un chemin non goudronné mais qu'on se rassure... très fréquentable, même avec une grosse BM.
A la Ferté-Bernard on quitte le PNR. J'aime bien cette ville et j'y ai mes habitudes, en particuler en face de l'église du Marais où je m'installe à la terrasse de la brasserie du... marais.
L'itinéraire du retour vers Senonches est un peu compliqué et n'emprunte pratiquement que des petites départementales. Merci le GPS sans lequel j'y serais encore. A Thiron-Gardais, il faut obligatoirement faire une pause touristique chez Stéphane Berne qui avait accepté de racheter l'ancien Collège royal et militaire sur le point de devenir une ruine. Créé en 1630 par un des fils d'Henri IV, il accueillait des jeunes nobles désargentés qui y recevait une éducation. Stéphane Berne en a fait un musée qui retrace la vie des anciens pensionnaires. On peut également visiter l'église abbatiale et ses jardins qui abritent des arbres multi-centenaires, un labyrinthe et une serre.

ITINERAIRE (223 kms)

Senonches
 
(Château-Musée)
Moutiers-au-Perche D20, D280
Rémalard en Perche D920
Dancé D11
Perche-en-Nocé D283, D625, D9 (Manoir de Lormarin)
Colonard-Corubert D9 (Manoir de Courboyer - Maison du Parc)
Mauves-sur Huisne D9
Pin-la-Garenne D256
Bellavilliers D630 (Manoir de la Pellonnière)
Pervenchères D7, D27 (Manoir de Vauvineux)
Saint-Julien-sur-Sarthe D27, D275
Mamers D653, D4
La Perrière D931, D210
Bellême D644, D955
La Ferté-Bernard D285, D7, D36
Coudray-au-Perche D153, D136, D627, D124
Beaumont-les-Autels D371, D124, D5
Thiron-Gardais D5  (musée : collège militaire et ancienne abbaye)
Frétigny D5
Coulonges-les-Sablons D5, D923, D143, D287
La Madeleine-Bouvet D621, D620, D918, D36
Senonches D920, D613, D280, D140, D25
   

 


Bibi et son NTV Deauville


A Saint-Céneri-le Gérei


Manoir de Courboyer


Du côté de Coulonges-les-Sablons

   
 

OU MANGER ?  OU DORMIR ?

La Ferté-Bernard Brasserie du Marais - Place Sadi Carnot - 72400 - La Ferté-Bernard
Tél : 02.43.71.73.16